Diminuer la taille de la policeAugmenter la taille de la policeInverser le contrasteRétablir les styles par défautPour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Ces étranges noms de lieux… autour de Civaux

Les lieux ont une histoire… et une géographie. Certains noms de lieux racontent une spécificité qui se perd parfois au fil du temps. La connaissance de la toponymie locale permet de révéler cette originalité. Et mieux connaître un territoire, c’est aussi mieux l’habiter !

Savez-vous ce que signifie …

Le Peu, Le Puy, La Pouge

Le Peu désigne une partie élevée du relief. Il devient le Pech en Limousin, Périgord… et le Puy en Auvergne. Dans l’histoire, on relève le Puy à Valdivienne (le Puy Maujugé et le Puy Gauvin à Valdivienne), à Persac (Commanderie du Puys) et à Dienné. Les Peux (le Grand et le Petit) de Lhommaizé, de Gouex et de Leignes ont conservé la même transcription depuis l’origine, à une lettre près !

La Chalaitte

A Morthemer, au bas de la côte de Bourpeuil, se trouve un lieu-dit "la Chalaitte" où est implantée une croix de mission. C’est ici que la vallée sèche qui draine les eaux de ruissellement venues de Fleuré, de Tercé, de la Chapelle Morthemer rejoint celle de la Dive. Cette conjonction a été dans le passé la cause de très violentes inondations du bourg qui ont marqué la mémoire collective.

"La Chalaitte" se rapporte à ce phénomène physique. En Poitou, au 15ème siècle, le mot "chalaistre" désignait une bonde d’étang.  On peut voir encore à cet endroit une vanne (refaite voici une trentaine d’années) qui, fermée, contient pendant quelques heures les eaux descendues du plateau, retardant ainsi leur rencontre avec celles de la Dive en crue. D’ailleurs, plus en amont, au nord de l’ancienne mairie de la Chapelle Morthemer, le lieu où la même vallée se rétrécit est dénommé "la Bonde".

Les Chirons

Dès le XIVe siècle, en Poitou, le mot désigne un tas de pierres ramassées dans les champs (ou "murger"). Ça peut aussi être une grosse pierre qui affleure dans les murs ou un rognon de silex. On retrouve les chirons sur les communes de Civaux, Lussac-les-Châteaux, Paizay-le-Sec, Pindray, Sillars, Tercé et Usson.

La Clie

Sans préjuger de l’origine exacte du nom, la clie est une claie, en Poitou, sur laquelle séchaient les pommes, les poires, les figues et les prunes. On retrouve la Clie à la Chapelle Morthemer, à Queaux et à Lauthiers sous la forme "Grande clie".

Font-

Le toponyme "Font" compose de nombreux noms de lieux : Fontprévoir (Leignes), Font-Chrétien (Civaux), Fontserin, Font-Gerbeau (Lussac les Châteaux), Fontliâmes (Mazerolles), Font-Morte, Font-Ménard (Sillars), Font-Jande, Font-Morine, Fontpéron (Persac), Fontmorin (Gouex), Fontenille, Fontjoin (Verrières). Issu du latin "fons" qui a donné "fontaine", ce toponyme fait référence à une source d’eau jaillissante. Tout comme "Toulon" (Salles en Toulon à Valdivienne) qui vient d’un mot gaulois signifiant "source".

La Grange, les Granges

Dans au moins 9 communes du site, le toponyme " la Grange" (ou "les Granges") est largement répandu. Issu du latin granum (grain), il signale un bâtiment où l’on rangeait les gerbes et battait le grain. Il était courant de trouver dans le voisinage d’une abbaye, d’un prieuré ou d’une église, une "grange dîmière", vaste bâtisse destinée à recevoir les produits de la dîme prélevée par le clergé sur les terres d’alentour.
Dans le périmètre de Civaux, comme souvent en Poitou, le mot désigne plutôt une étable aux bovins où l’on conservait également foin et fourrages pour nourrir le bétail. Dès lors, le toponyme marque la présence d’une ou plusieurs exploitations agricoles.

Il est parfois accompagné du nom du tenancier (exemple : "la Grange-à-Bonnet" à Bouresse) ou complété par un nom de lieu (ex : "les Granges-Fontmorte" à Valdivienne).

La Plante, les Plantes, la Treille, les Treilles

"Plante" désigne à l’origine une plantation de vigne. C’est bien le sens de "le Planty" à Chauvigny ou Montmorillon. On rencontre aussi "la Treille" (Valdivienne), "les Treilles" (Civaux) ou encore "les Vignes" (Lhommaizé, Pindray), "les Grandes Vignes" (Valdivienne, La chapelle-Morthemer), "la Vigne au Roux" entre Chauvigny et Jardres….

Ces toponymes témoignent de la place qu’a occupé le vin sur ces communes. En effet, dans la première partie du XXe siècle, de nombreux agriculteurs vivaient en grande partie de la vente des produits de leurs vignes.

 

Le Terrier

Ce nom se retrouve dans différentes communes : Leignes-sur-Fontaine, Lussac-les-Châteaux, Pindray, Pouzioux (Chauvigny). Un texte de 1671 fait apparaître Pouzioux avec une autre dénomination  : "Puy-Richard, aultrement les Terriers". Il arrive qu’un chemin très pentu, très court, soit appelé "terrier", comme c'est le cas, en deux endroits différents, à Morthemer (Valdivienne).

 

La Touche, Les Touches

Toponyme fort répandu du Poitou au Vendômois  (Nord du Loir-et-Cher), il désigne une petite parcelle de bois, ou boqueteau, qui a échappé au défrichement. Dans les communes du site, on le rencontre à Valdivienne, Bouresse et Lhommaizé. Et plus de 50 fois dans le département de la Vienne.


Retrouvez  plus de toponymes dans la chronique "Mystérieux toponymes", publiée dans la "Lettre de Civaux téléchargeable sur le site.


  Plan     Mentions légales